Menu

Jimmy Somerville

Tout comme Klaus Nomi, Jimmy Somerville a permis à toute une génération de découvrir qu'un homme pouvait chanter dans les aigüs, que la voix de contre-ténor n'était pas seulement une voix du passé réservée à la musique baroque, mais qu'elle avait sa place dans le répertoire contemporain. Jimmy Somerville chante pase allègrement de la voix de tête à la voix de poitrine, en passant sur la voix mixte. Il maitrise parfaitement les techniques vocales classiques du bel-canto.

Sa voix n'a rien à voir avec les voix stridentes et improvisées des bee-gees ou autres groupes des années 70. Il n'a rien a envier au plus grands contre-ténors actuels : il a une tessiture de mezzo-soprano (il sort des la-4 libres et riches), son timbre est plein et chaleureux, son articulation est claire. Aujourd'hui personne n'a su réellement renouveler le genre. Même si certains chanteurs comme Mika, s'essayent à utiliser largement leur voix de tête, ils n'ont pas le timbre et la maîtrise vocale de Jimmy Somerville. Il faut reconnaître que Jimmy a largement abusé des effets studios pour servir sa voix, si bien et qu'il arrive parfois à décevoir dans ses prestations "live". En tout cas, moi, j'ai été complètement conquit par sa voix dans les années 80. N'ayant aucune connaissance de la musique classique et des divers registres vocaux (bravo pour les cours de musique au collège !!), je n'ai eu comme repère que Jimmy Somerville et Klaus Nomi qui m'ont permis de découvrir, adolescent, que je n'étais pas le seul à chanter avec une voix aigüe et que je n'étais après tout pas si anormal !!

Bien sûr, les personnalités extravagantes et anti-conformiste de Nomi et l'implication de Somerville dans les mouvements homosexuels de l'époque, m'ont difficilement permis de m'émanciper et laisser s'exprimer ma sensibilité pour ce type de voix. Je respecte leur combat, mais il aurait été facile, pour mes camarades, de faire des amalgames condamnables et mettre en péril ma réputation, auprès des filles. Et pour bon nombre, n'ayant que pour référence que ces "Stars de la Pop", les voix aigües masculines restent entièrement liées à l'homosexualité et et engendre bon nombre de clichés ridicules.

En tout cas pour moi, le processus d'acceptation de ma voix a débuté dès la première écoute du titre Smalltown Boy, de son premier groupe Bronsky Beat ...

Voici quelques informations plus contractuelles trouvées sur Wikipédia :

Grâce à son agilité vocale et une technique d'une maîtrise rare, sa tessiture lui permet de claquer les notes en quasi voix de poitrine (voix mixte) dans les partitions de sopranistes, à l'instar de Forbidden Fruit et surtout Never No More au grain bluesy. La musicalité de ses interprétations lui permet de chanter dans tous les registres ( Ain't It Necessarily So de George Gershwin, Comment te dire adieu de Françoise Hardy, To Love Somebody de Janis Joplin ou Sentimental Journey des Platters), traversé par des influences multiples (électro-funk, jazz, blues, reggaie, gospel, dance...).

Ouvertement homosexuel et militant d'Act Up, c'est un homme de gauche qui milite pour la défense des Droits de l'homme .

Il a co-fondé le groupe synthé Bronski Beat en 1983 , qui commença à engranger les hits dans les charts britanniques. Leurs plus gros succès, Smalltown Boy , qui atteignit le numéro 3, et l'incontournable Why? qui fit la publicité de la 205 Peugeot, furent écrits en réaction à la persécution d'un jeune gay dans une ville de province, ce qui, à l'époque, était inconcevable.

Il quitta Bronski Beat en 1985 et forma The Communards , avec Richard Coles , un pianiste de formation classique, premier prix de Conservatoire. Ils eurent plusieurs hits, dont une version de Don't leave me this way de Thelma Houston qui resta quatre semaines numéro 1 dans les charts, et devint la plus grosse vente de single au Royaume-Uni en 1986 . Elton John dira : "Techniquement et musicalement, c'est le meilleur groupe actuel avec Dire Straits". Il participa également aux chours sur la version des Fine Young Cannibals de Suspicious Mind , qui fut classé dans le top 10 UK.

The Communards se séparèrent en 1988 et Somerville lança sa carrière solo. Il eut plusieurs hits entre 1989 et 1991 et chanta également sur le projet Band Aid à la fin de 1989. Mais après la sortie de son album Run For Love , Somerville quitta le devant de la scène et n'enregistra pas pendant plusieurs années.

Il revint en 1995 avec un CD nommé Dare To Love . Un autre album, intitulé Manage The Damage , sortit en 1999 , et Root Beer parut un an plus tard. Plus récemment, son quatrième album solo, orienté dance est sorti en 2005 .

 

Vidéos


Liens

Son site officiel en anglais : http://www.jimmysomerville.co.uk

Sa page facebook