Menu

Fonctionnement de la voix

La technique du chant est très complexe et sa maîtrise demande beaucoup de pratique. Lorsque l'on chante, ce ne sont pas seulement les cordes vocales qui se mettent en action, mais véritablement tout le corps.Dans cet article nous nous interessons uniquement à la partie organique de la voix.

Comment fonctionne la voix ?

Le larynx se situe au sommet de la trachée qui est une colonne d'air. Lorsque l'on parle ou que l'on chante, les cordes vocales (replis musculaires jumeaux situés de part et d'autre du larynx) s'écartent et se rapprochent jusqu'à se toucher sous l'effet d'une ondulation créée par l'air qui s'échappe des poumons et passe entre-elles. Pour prendre une image c'est en quelque sorte le même phénomène que lorsque l'on gonfle un ballon de baudruche et que l'on tient ses bords serrés suffisemment pour que l'air s'échappant créé un son.

Le principe est le suivant : lorsque les cordes se touchent, le flux d'air expiré est interrompu pendant un instant. La pression dans la trachée augmente, provoquant l'écartement des cordes vocales et avec elle une chute de la pression. Les ondulations des cordes vocales rappellent aussi un peu les ondulations d'une anémone de mer : comme elles, elles se répètent à un rythme régulier. Se sont ces ondulations qui sont à l'origine d'une emission vocale dont la hauteur est déterminée par un ajustement et un étirement particulier des cordes. Comme pour le ballon, on tire sur les bords pour affiner et allonger l'ouverture et moduler la hauteur su son émis.

Ces ondulations se produisent un nombre précis de fois par seconde (c'est ce que l'on appelle la fréquence de la note), les cordes vocales interrompant et libérant en alternance ce qui serait sans elles un flux d'air continu. Ce sont elles qui tranforment ce flux d'air en vibration auditive primitive à une certaine hauteur. Le son véritable résulte de la transformation de ces vibrations auditives primitives par différents résonnateurs ou différentes cavités.

La voix de contre-ténor

Normalement, lorsque l'on parle ou que l'on chante, on se sert de ce que l'on appelle la voix naturelle de poitrine ou encore mécanisme lourd type I.

Voici une vue en coupe du larynx lors de l'emission d'une "onde" en voix de poitrine (la ligne du haut est une vue supérieure et la ligne du bas est une coupe verticale du larynx):

Le chanteur contre-ténor utilise un autre mécanisme d'emission appelé voix de tête, que l'on appelle aussi mécanisme léger ou mécanisme II (2). Ce registre de tête est habituellement utilisé par la femme et l'enfant pour parler et chanter. Ce registre peut-être travaillé et le son produit à grande tension musculaire peut devenir fort et puissant, dans un sexe comme dans l'autre.

Les vibrations sont mieux ressenties dans la tête, d'où le nom donné à ce registre.

Le principe de fonctionnement de l'emission de la voix de tête est particulièrement sujet à controverse. Dans bien des ouvrages on trouvera des explications approximatives, des erreurs de nommage des différents organes constituant le larynx, et des erreurs issues de transmission d'ouvrages anciens basés sur des hypothèses jamais démontrées. On peut, par exemple, trouver sur certains documents concernant la voix des contre-ténors, que le son aigu émis est du à la faculté du chanteur de réduire d'un tiers la longueur de l'ondulation des cordes vocales. La longueur des cordes vocales étant réduite le son est plus aigu.
On peut aussi lire que le contre-ténor utilisent ses fausses cordes vocales pour emettre le son. L'image laryngoscopique démontre que ce n'est surement pas le cas.

Grace à l'imagerie médicale en situation, on peut décomposer le fonctionnement du mécanisme léger et mieux le comprendre. Dans ce type d'emission, les cordes vocales sont étirées au maximum, alors que les muscles vocaux restent passifs, grâce à la contraction des muscles crico-thyrodïdiens. Les vibrations ne concernent presque exclusivement que les ligaments vocaux (bord supérieur des cordes vocales). Comme la tension longitudinale est importante, il se produit un phénomène de compression médiane que l'on appelle damping, dû à l'action des muscles crico-aryténoïdiens latéraux.

Voici un schéma de coupe décomposant la vibration émise dans le mécanisme de tête (léger), on remarquera que les cartilages aryténoïdes ne bougent pratiquement pas :


Liens

Site très interessant décrivant en image le fonctionnement du larynx et les cordes vocales : ICI


Coupes du larynx et des muscles